M. Jacques-Yvan Morin

M. Jacques-Yvan MorinPrésident d’honneur du Conseil d’administration de la SQDI et Directeur d’honneur du Comité de direction de la RQDI

Hors-série juin 2015 – Mélanges en l’honneur de Jacques-Yvan Morin

Le professeur Jacques-Yvan Morin est sans contredit l’un des intellectuels qui a le plus participé à l’édification du Québec moderne, tant par ses enseignements à l’Université, par ses écrits et ses prises de position dans les grands débats, que par la vie politique qui l’a amené à exercer les plus hautes fonctions au sein de l’État québécois.

Dotée d’une solide formation juridique acquise aux universités McGill, Cambridge et Harvard, le professeur Jacques-Yvan Morin s’est engagé dans une vie académique qui a fait de lui, en 1957 et à 27 ans, le premier professeur de carrière en droit international à l’Université de Montréal. La vie académique du professeur Jacques-Yvan Morin a été marquée par des enseignements en droit des gens, mais également en droit constitutionnel, qu’ont pu apprécier plusieurs générations d’étudiants et d’étudiantes de l’Université de Montréal et de nombreuses autres institutions d’enseignement supérieur où Jacques-Yvan Morin a été professeur invité. Celui-ci a, tout au long de sa carrière, valorisé l’enseignement et ses qualités de pédagogue ont fait de lui un grand passeur de savoirs et d’idées. Ses enseignements ont été accompagnés de travaux de recherche qui sont à l’origine de la publication d’ouvrages et d’articles scientifiques qui consacrent son statut de « publiciste qualifié ». Une lecture de la notice bibliographique incluse dans les présents Mélanges révèle l’ampleur de la contribution du professeur Morin à la doctrine en droit international et constitutionnel et le riche legs sur des sujets comme le fédéralisme, le droit de la mer, l’État de droit, mais également de sujets liés à la personnalité internationale et l’identité constitutionnelle du Québec.

La vie politique de Jacques-Yvan Morin a été marquée par de grands moments et d’éminentes fonctions. Son célèbre duel avec les ministres René Lévesque et Pierre Laporte sur la formule Fulton-Favreau au Centre social de l’Université de Montréal en 1965 et sa présidence du Mouvement national des Québécois de 1971 à 1973 comptent parmi de tels moments. Son élection comme député de Sauvé et sa désignation comme chef de l’Opposition officielle en 1973 ainsi que sa présence auprès du Premier ministre René Lévesque et au sein de son Conseil exécutif de 1976 à 1984, en une qualité de vice-premier ministre, lui auront également permis de servir l’État québécois. Son service public a été assumé successivement dans des responsabilités ministérielles relatives à l’Éducation, de 1976 à 1980, au Développement culturel et scientifique, de 1980 à 1982, et aux Affaires intergouvernementales, de 1982 à 1984.

Comme l’ont reconnu toutes les personnes qui ont évolué auprès de lui, Jacques-Yvan Morin a exercé l’ensemble de ses fonctions avec un souci de rigueur et le sens du devoir. Mais c’est aussi la vision internationale et l’engagement constitutionnel qui auront caractérisé sa contribution à la vie intellectuelle.